AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Joris Langdon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Joris Langdon
Administrateur féroce


Messages : 63
Date d'inscription : 10/02/2013
Age : 22


Ma feuille de route
Spécialité artistique: Danse.
Age: 17 ans.


MessageSujet: Joris Langdon Ven 22 Fév - 8:22


Prénom : Joris - Jo'.
Nom : Langdon.
Age : 17 ans.
Nationalité : Anglaise.

Spécialité artistique : Danse.
Arrivé depuis : 1 an.
Statut familial : Célibataire ?
Sur l'avatar : Kassim (ici).



.Physique.

On dit souvent qu’il ne vaut mieux pas faire de musculation, intensive ou non, tant que la croissance n’est pas complètement terminée. Les profs, les médecins. Tout le monde le dit. C’est bien qu’il y a une raison, non ? Si. Joris en est la preuve : il est tout petit. Il n’a pas planté la tente sur les bancs de développé-couché, mais les pistes et les salles de danses l’accueillent depuis presque quinze ans. Alors oui, il n’est pas grand, mais non, il n’a pas quinze ans. Certes, à son âge -c’est-à-dire dix-sept-, on fait plus d’un mètre soixante-dix mais là, non. Lui, il les atteint à peine. En plus, son style vestimentaire n’arrange pas les choses. Sarouels, baggies et débardeurs peuplent son armoire et le "tassent" quelque peu quand il les porte. « C’mieux pour bouger. » qu’il dit.
En ce qui concerne les détails de son anatomie, la première des choses qui sautent aux yeux, ce sont ses dreads. Ils lui chatouillent le creux des reins tant ils sont longs, raison pour laquelle Jo’ les attache la plupart du temps. Ensuite, son visage, plutôt fin -comme le reste de son corps à vrai dire- est orné de magnifiques yeux verts, de douces lèvres et de pommettes à peine marquées. En fait, on pourrait presque le qualifier de gay "type" : il danse, il a une peau parfaite, un physique tout en finesse. Mais ses préférences sexuelles n’ont rien à faire là... Surtout qu’il est bisexuel...



.Caractère.

Comme tous les petits gars, Joris n’assume pas vraiment sa taille. Il insulte et tape quiconque ose lui faire remarquer qu’il ne dépasse pas les un mètre soixante-dix. En fait, on peut dire qu’il a un caractère bien trempé -ou de merde, ça dépend de comment on le voit-. Ne l’embête pas qui veut, ou alors, à ses risques et périls. Au début du lycée, ses camarades se moquaient souvent de lui, mais Jo’ ne les a pas laissés faire bien longtemps. Après quelques bagarres plus ou moins violentes, les gens ont fini par assimiler le fait qu’il ne fallait pas trop profiter de sa petitesse pour le titiller de trop. Après tout, ne dit-on pas que ce n’est pas la taille qui compte mais la façon dont on s’en sert ?
En ce qui concerne les autres traits de son caractère, il y a son indépendance qui peut être remarquée en premier. Il est capable de vivre seul pendant des jours et des jours sans qu’aucun problème ne vienne troubler son quotidien. La cuisine, le ménage... Toutes ces petites choses ne sont que des détails. D’ailleurs, il aime assez être seul. Il n’est pas le solitaire ténébreux de base qui envoie bouler tous ceux qui osent envahir son espace vital mais disons qu’il apprécie d’avoir ses instants à lui. Comme quand il danse soit dit en passant -il lui arrive de pratiquer son art avec d’autres personnes-.
Il y a aussi son énergie débordante qui le caractérise bien. C’est un atout qui n’a pas manqué de l’aider quand, en de rares moments, la fatigue le rattrapait tant qu’il n’arrivait plus à bouger comme il le voulait. Malgré tout et même s’il lui arrive de s’énerver quand les choses ne vont pas comme il l’a prévu ou comme il en a envie, il garde le sourire. Toujours jovial, il transmet même sa bonne humeur à tous ceux qui lui parlent et qui ne le charrient pas sur sa taille. Quoiqu’il lui arrive aussi d’en rire, mais à petite dose.



.Histoire.

« T’sais quoi ? Je vais te raconter cette fois où j’ai rencontré Alexandre. C’est mon meilleur ami ce mec-là. Enfin... J’sais pas trop s’il l’est toujours, mais en tout cas, il l’était. »

Les bras croisés sur le bar, le menton sur les coudes et les fesses gentiment assises sur un de ces tabourets hauts qu’il y avait souvent dans ce genre d’endroits, un jeune parlait au serveur. Il n’avait rien bu, à part un verre de soda -il était mineur-, mais il avait toujours était d’un naturel bavard, surtout avec les gens qui lui inspiraient confiance. Et ce type-là lui apparaissait comme quelqu’un de confiance.

« En fait, au départ, on s’est vu pour la première fois au magasin de mes parents. Ils avaient eu besoin de moi, pour j’sais plus trop quoi. Ou peut-être qu’ils n’avaient pas pu me faire garder. Ça devait être un week-end, parce que j’aurais été à l’école sinon. Bref, donc on était dans le magasin et là, y’a un blondinet qui rentre en faisant tinter la cloche. Son père et sa mère étaient là aussi. Après tout, ça n’existe pas vraiment les enfants qui se promènent tout seul... Lui, regardait un peu partout pendant que les adultes parlaient affaires. Je m’ennuyais, donc je suis allé le voir. "Salut" que je lui ai dit. "Salut" qu’il m’a répondu. »

Un sourire aux lèvres, Joris -puisque c’était le nom du jeune homme avachi sur le bar- revoyait la scène se passer. Il avait eu l’air d’un garçon absolument pas sûr de lui, mais qui tentait de le cacher en mettant, par exemple, les mains dans les poches. Maintenant qu’il y repensait, il avait dû passer pour le plus pathétique des jeunes de son âge. Il avait même été jusqu’à relever un peu le menton pour se donner de la hauteur.

« Je lui ai demandé : "Tu fais quoi ?" et il m’a répondu qu’il regardait les objets qu’on avait dans le magasin. Je me souviens même plus de ce qu’on vendait, ou plutôt, de ce qu’il y avait précisément dans ce rayon-là. J’crois que c’étaient des ampoules, pour les lampes. Ah oui, ouais, c’était ça. Je m’en souviens parce que je m’étais demandé ce qui pouvait bien le fasciner dans ces trucs sans intérêt. "Qu’est-ce qu’il y a de passionnant à regarder des lampes ?" J’avais haussé un sourcil, comme pour prouver que je me poser vraiment la question et tout naturellement, il m’a répondu qu’il les trouvait magiques. »

Très clairement, le brun se souvint d’avoir du résister de toutes ses forces pour ne pas rire. Alexandre avait été sérieux, mais ce n’était que plus tard, après avoir vraiment lié une amitié avec lui que Joris s’en était rendu compte.

« "Jo’ ! Passe-moi l’ampoule verte s’il te plait !". "J’suis pas à ta disposition Alexandre !" J’ai râlé, à ce moment-là, mais c’était plus pour faire genre que ça me plaisait pas que parce que ça me plaisait pas vraiment. On était en train de préparer une scène, pour un spectacle de danse. Ah oui, parce que je t’ai pas dit, mais je fais de la danse. Je n’avais qu’une petite place dans ce spectacle-là, mais c’étaient mes débuts. »

Il disait ça comme si, aujourd’hui, il était passé pro’. Il n’était pas passé pro’, loin de là. En fait, il n’était encore qu’au bas de l’échelle. Doué, certes, mais en bas quand même. Il lui aurait fallu quelque cours, peut-être, pour approfondir ses bases et corriger les défauts de ses mouvements. Peut-être.

« On passait des heures ensemble, Alexandre et moi. On était devenu tellement inséparable que nos mères avaient aménagé nos chambres pour qu’elles soient tout le temps prêtes à accueillir l’autre. Parfois, ma mère disait qu’elle avait l’impression de partager ses deux fils -alors qu’elle n’avait que moi hein- avec la deuxième mère de ses enfants. Comme si la mère d’Alexandre et la mienne nous avaient adoptés ensemble, à un moment donné, et qu’elles avaient notre garder partagée. C’est vrai que quand je n’étais pas chez moi, j’étais chez lui, et quand il n’était pas chez lui, il était chez moi. »

L’air rêveur qui planait sur le visage de Joris commença à s’effacer quand il songea au pourquoi de son arrivée au village.

« Après, on peut pas dire que notre amitié se soit dégradée mais disons que... Il avait trouvé d’autres centres d’intérêt et j’avais gardé les mêmes que depuis ma naissance : la danse. Quelques fois, on s’était disputé à ce sujet. "Grandis un peu Joris !" Je détestais quand il m’appelait Joris. Ca faisait sévère dans sa bouche, alors que, concrètement, c’était mon prénom. Mais je sais pas... Ça faisait froid. "Tu crois que la danse va te faire vivre ?" Bien sûr que j’y croyais. J’y crois toujours d’ailleurs. Je compte bien vivre de la danse, parce que de toute façon, je n’aime rien d’autres au point de vouloir en faire toute ma vie. Il n’y a vraiment que danser qui me donne tout ce dont j’ai besoin. »

Le regard dans le vide, comme plongé dans ses souvenirs, le garçon reprit le fil de son récit.

« J’aurais aimé lui répondre que lui non plus, ne pourrait pas vivre de ses lumières, mais depuis longtemps déjà, il ne considérait plus ça que comme un passe-temps. Combien de fois il avait refusé de m’accompagner à tel ou tel spectacle parce qu’il avait trop de boulot, trop de devoirs, ou trop de je sais pas quoi. C’était triste, un peu... J’avais quelques fois l’impression qu’il me trahissait, alors qu’il suivait juste son chemin, comme moi je refusais d’abandonner le mien pour lui. Je crois que c’est à ce moment-là, que je me suis dit "Mec, fais ta vie. Qu’il fasse la sienne." Ça n’avait rien de... D’agressif. Je me disais juste qu’il fallait au moins que je le laisse faire sa vie, si je ne voulais pas que le pont entre nous soit complètement rompu. Petit à petit, on s’est perdu de vue. Pas à cent pour cent et heureusement quand j’y pense. Mais suffisamment pour que nos chambres reprennent leur allure initiale. Celle d’avant qu’on se connaisse. »

Pendant quelques secondes, Joris laissa le silence s’appesantir. Son visage ne laissait pas transparaitre grand-chose. Il n’y avait que ses sourcils qui étaient froncés. Et peut-être ses paupières un peu plissées.

« Après ça, il a du se passer quelques mois, avant que je ne prenne ma décision. Au départ, je ne savais pas trop comment l’annoncer à mes parents. "Papa. Maman. J’ai décidé de quitter la maison pour rejoindre la Communauté, à Wiclow, et vivre de la danse.". "Oui, bien sûr mon fils ! Je t’en prie ! Fais ce qu’il te chante !". Oui, mais non. On ne vit pas dans un monde de poneys roses et avec leur esprit très... Commerçants, je savais que l’idée allait leur poser problème. Jamais ils n’auraient accepté de me laisser partir, mineur, pour vivre d’un truc aussi abstrait et sans avenir que la danse. Du coup, j’ai, comme qui dirait, un peu menti. Je leur ai dit que j’avais trouvé une famille dans un village de montagne, qui avait accepté de me prendre sous leur aile pour m’apprendre la vie, la vraie. Je sais pas si c’est l’idée que je puisse me bouger les fesses ou celle que j’avais trouvé tout seul quelque chose pour me bouger les fesses qui leur a plu, mais ils ont accepté quasiment de suite. »

Un sourcil haussé et un petit sourire en coin ornait le visage de Joris. Il était assez fier de lui, surtout que tant qu’il envoyait régulièrement des lettres et des cartes à ses parents, ils ne se doutaient de rien.

« Tu dois te demander ce qu’il s’est finalement passé avec Alexandre ? Non ? Ah, bon... Bah je vais quand même raconter. Parce que ce serait comme raconter qu’une princesse vit dans une haute chambre d’un haute tour, que le prince bat le dragon et la délivre sans expliquer qu’ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants, tu vois ? Donc en fait, la veille de mon départ, je lui ai demandé si on pouvait se voir. Exceptionnellement, il n’avait rien à faire. Ou alors, il avait compris qu’un truc se préparait. J’en sais rien en fait, mais bref. Et donc on s’est vu. Je lui ai raconté la vérité. Que je partais pour la Communauté, que je comptais m‘y installer pour vivre comme je l’entendais, que je comptais vraiment faire de la danse le point central de mon existence. J’ai d’abord cru qu’il allait se mettre à me crier dessus du genre "Mais y’a vraiment un truc qui cloche dans ta tête ou quoi ?!". Après, j’ai pensé qu’il allait rire en me disant un truc comme "C’est une blague c’est ça ?". Mais finalement, il a juste hoché la tête pour me faire comprendre qu’il s’en était douté, qu’il serait toujours avec moi, quoique je choisisse de faire, que si j’avais besoin de lui, il serait là et que de toute façon, ce qu’il y avait entre nous, c’était bien plus qu’une simple amitié de gamins. Oui, oui, tout ça en un hochement de tête. C’trop puissant hein ! »

Les bras en l’air, le brun donnait l’impression d’être une de ces racailles qui se la jouaient devant les filles. Mais cette image fondit comme neige au soleil quand il ajouta ses dernières phrases.

« Puis il m’a serré dans ses bras. J’crois que c’est toujours mon meilleur ami. J’en suis sûr en fait. Alexandre, c’est toujours mon meilleur ami. »



.Petits Trucs Inutiles à Savoir.

La plupart du temps, Joris tutoie tout le monde. En fait, il ne s'encombre pas de toutes ces grosses tournures de phrases compliquées. Ce n'est pas spécialement un manque de respect, pas du tout même, et il sait se tenir face à des personnes qui demanderaient un certaine retenue.
Il contracte aussi ses phrases, comme par exemple "J'crois qu'tu devrais poser c'truc.". Ça lui donnerait un côté mauvais genre s'il n'avait pas l'allure typique du garçon qui ne se prend pas la tête.





.Derrière l'écran.

Comment ai-je connu le forum ? Le groupe "I ♥ forums" sur Facebook.
Un dernier petit mot ? J'ai tellement flashé sur ce forum ! *larmes, larmes*
Code du règlement ? Auto-validé !

Fiche codée par Akuma


Dernière édition par Joris Langdon le Jeu 4 Juil - 13:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kathleen O'Ryan
Administratrice féroce


Messages : 103
Date d'inscription : 03/09/2012


Ma feuille de route
Spécialité artistique: Plus rien
Age: 18 ans


MessageSujet: Re: Joris Langdon Lun 25 Fév - 8:16

Bienvenue Joris ! Je t'ai validé tu peux dès maintenant poster sur le forum !! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-playground.forumsactifs.com

Joris Langdon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Canards en mer du Sud
» Réactions
» [Pret] Joris Gnagnon 62 DC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les habitants :: Habitants Validés-